Compagnie les enjoliveurs

Thierry, co-gérant de la Compagnie les Enjoliveurs : “en période de crise, la trésorerie est essentielle !”

Pour débuter cette série d’articles sur les professionnels au temps du coronavirus, j’ai donné la parole à quelques uns de mes clients. J’ai une grande chance, je travaille avec certains d’entre eux depuis plusieurs années et des liens très forts se sont tissés entre nous alors mettre un petit éclairage sur leur activité me semblait naturelle. Et puis les hommes et les femmes qui sont à la tête de ces entreprises sont des gens biens !


Travailler avec des personnes qui partagent mes valeurs est mon luxe d’entrepreneuse.

Thierry, tu es gérant associé de la Compagnie Les Enjoliveurs, peux-tu nous parler de ton entreprise ?

Nous sommes une compagnie de spectacles : spectacles de rue, déambulations mais aussi cabarets, show musicaux, artistiques … La Compagnie les Enjoliveurs a été créée il y a 20 ans. Nous employons essentiellement des artistes qui sont intermittents du spectacle. Nous donnons environ 200 représentations par an dans toute la France et à l’international (essentiellement les pays limitrophes mais parfois plus loin).

Les Enjoliveurs au temps du coronavirus, ça donne quoi ? 

Les annulations s’enchainent. Plus d’activité depuis le 10 mars et très certainement jusqu’à la fin avril…

Plutôt en panique ou philosophe ?

Philosophe, on n’a pas le choix.

Entre un verre à moitié plein et un verre à moitié vide, je choisis celui qui est à moitié plein.

Votre période de pleine activité est celle de Noël mais l’été est également un moment où vos spectacles sont appréciés. Avez-vous des annulations au-delà du mois de mai ? 

L’été, mais aussi de février à avril avec les carnavals, et mai-juin avec les foires, et diverses fêtes …

Pour l’instant, pas d’annulation au-delà d’avril. 

Comment une petite PME peut tenir durant une crise pareille ? A quelles mesures annoncées par le gouvernement pouvez-vous prétendre ?

Pour tenir, il n’y a qu’une solution : la trésorerie.

Sans ça, on met la clé sous la porte.

Notre masse salariale est à 90% proportionnelle au volume de spectacles. C’est un avantage par rapport à d’autres entreprises.
Mais il reste les charges fixes à assumer.

Nous pouvons prétendre à un report des prêts de 6 mois, un report des charges et une mise en chômage technique du personnel permanent.

On le sait tous, la période va être longue, pénible mais on en sortira. Penses-tu déjà, en tant que chef d’entreprise, à l’après coronavirus ? 

Oui, mais mon inquiétude est que des restrictions de rassemblement (max X personnes) soient maintenues pendant des mois et que la vie économique redémarre mais pas les activités culturelles et festives. Et si cela dure des mois, cela deviendra vraiment problématique.

Vas-tu d’ores et déjà, durant ce moment de confinement, mettre en place des projets, des stratégies pour anticiper la sortie de crise ? 

Cela nous permet de réfléchir à des spectacles futurs, de rationnaliser certains pans de notre activité, de réfléchir, de ne plus avoir la tête dans le guidon.

Et penses-tu que cette crise aura des conséquences sur votre métier même ?

Oui très certainement. C’est un secteur d’activité précaire avec des artistes qui ont du mal à boucler leur dossier d’intermittent, pas mal de structure associative pas très professionnalisées … 

Que peut-on souhaiter à la Compagnie Les Enjoliveurs ?

Comme à tout le monde, que ça dure le moins longtemps possible mais suffisamment longtemps pour que l’on en tire les conséquences sur nos modes de vie, de consommation, de non respect de la planète … 

Pour en savoir plus sur la Compagnie et connaitre leurs prochaines dates, rendez-vous sur le site des Enjoliveurs et leur page Facebook.
Partagez ce contenu !
Tags: No tags

Leave a Comment