pexels-photo-108444

Bilan en toute franchise d’une année d’activité freelance à 100%

Un an d’activité freelance à 100%, cela valait bien un petit bilan non ?

Il y a tout juste une année, le contrat qui me liait à la Métropole de Montpellier comme chargée de projets web se terminait.

2018, l’année du grand bain

S’est alors posée la question de la suite et rapidement, j’ai pris la décision de tenter l’aventure de l’entrepreneuriat à temps plein. 100% à mon compte, j’avais très envie de me lancer.

D’autant plus que j’avais déjà des clients réguliers, venant compléter le mi-temps de mon poste à la Métropole.
Je me lançais donc sans tellement d’inquiétude, soutenue également par une période de chômage à solder.

Je savais que cela ne serait pas simple mais j’étais plutôt confiante, forte des leviers que j’avais entre les mains et de atouts de mon profil : je travaille aussi bien avec les professionnels du droit qu’avec les professionnels du tourisme, mes activités sont variées entre formation, rédaction web, community manager, marketing d’influence, je suis professionnelle et réactive …

J’avais plein d’envies, plein d’idées, un optimisme féroce. Tout ne s’est finalement pas déroulé comme prévu.

Le risque de l’entrepreneur : s’endormir sur ses lauriers

En effet, an après, je m’aperçois que je n’ai pas mis en place tout ce que je souhaitais, que je n’ai pas activé tous les leviers à ma disposition et que mon activité est encore fragile.

Soyons clairs, j’ai des clients et des missions régulières mais pas suffisamment sur l’année pour prétendre être totalement indépendante.
D’autant plus que j’ai intégré une scop d’entrepreneurs, Crealead, et que mes charges sont passées d’un peu moins de 25 à 50%. Ouch, ça fait mal !

2018, une année fragmentée

Concrètement, mon année, ce fut 6 mois que j’estime peu productifs, 2 mois d’été (période peu propice à mes activités, mes clients suspendent bien souvent leur besoin en rédaction web et formation en juillet et août) et 4 mois à prendre conscience de la situation et à réagir.

On pourrait être tenté de dire que 6 mois d’activités pas tellement intenses dans une vie d’entrepreneur, ce n’est finalement pas grand-chose mais au contraire, lorsque l’on cherche à gagner sa vie avec son indépendance, c’est énormément de temps perdu.

Et le temps perdu, je l’ai accumulé … non que je n’ai rien créé de concret, bien au contraire, mais j’ai passé bien trop de temps à faire autre chose qu’à me concentrer sur mon activité.

Alors qu’ai-je fait de ces 6 premiers mois de l’année ?

  • j’ai voyagé pour mon blog : ile d’Oléron, les Alpes, l’Aveyron, la Lozère … je me suis éclatée vraiment, j’ai produit du contenu pour mon blog, mes réseaux sociaux, certains clients mais pour des revenus trop faibles par rapport au temps passé.
  • j’ai fréquenté des salons professionnels : le VEM, le salon des blogueurs voyage.
  • j’ai passé du temps sur internet et les réseaux sociaux
  • j’ai procrastiné, je l’avoue. Saleté de procrastination, qui embourbe le quotidien des entrepreneurs.
  • j’ai continué mes actions bénévoles au Club de la Presse dont je suis devenue vice-présidente et j’ai accepté pas mal de réunions, de missions, d’interventions
  • j’ai passé du temps à m’imprégner du fonctionnement administratif de mon nouveau statut (co-entrepreneuse)
  • j’ai exploré des pistes mais pas les bonnes, j’ai été vers le plus facile et le moins efficace.
  • et j’ai bossé aussi.

Là encore, on pourrait se dire que tout ceci n’est en rien responsable de ce sentiment d’avoir perdu du temps mais mis bout à bout, tout ce temps passé est finalement très important en heures, en jours et surtout en énergie dispersée.

Rajoutez à ça une identité numérique un peu brouillon – les cordonniers sont les plus mal chaussés, c’est bien connu – comme je l’ai évoqué dans mon billet précédent et vous avez la cause de mon insatisfaction.

bilan d'une année entrepreneuse

Mes résolutions 2019

J’évoque mes résolutions mais j’ai déjà commencé à les mettre en place depuis septembre.

Rester focus sur mon activité

Si j’ai passé pas mal de temps sur les réseaux sociaux et internet, j’y ai suivi des parcours intéressants d’entrepreneuses qui vivent de leur activité. Si je devais résumer le point commun de toutes ces nanas qui réussissent à vivre de leur métier, c’est la concentration.

Elles ont su parfaitement déterminer leurs objectifs et se fixer des plans d’actions très précis, très concrets.
C’est exactement ce qui m’a manqué. J’ai mélangé allègrement toutes mes activités dans le même chapeau et je piochais le papier qui m’arrangeait lorsque cela m’arrangeait, sans même me soucier des questions de rentabilité et de rapport temps/argent.

J’ai cru pouvoir me passer d’un plan d’action, d’un plan comptable, de projections, de bilans or, être à son compte est réellement une question de calculs, de rentabilité, de temps passé sur chacune de ses missions, d’équilibre entre actions/bénéfices.
Je n’ai pas su ou voulu me fixer d’objectifs précis et mettre en face les actions nécessaires pour y arriver.
Il faut avouer que ce n’est pas la partie la plus fun de nos activités freelance mais c’est à cette condition que l’on peut y voir clair et commencer à agir intelligemment.

Sans les questions posées noir sur blanc : quoi ? pourquoi ? pour qui ? comment et quand ? on ne peut avancer efficacement.
J’ai pris mon cahier, poser toutes les questions et répondu à chacune d’entre elles. Ça n’a l’air de rien mais c’est très éclairant.

Mieux gérer mon temps

Les réseaux sociaux et internet sont une plaie pour les travailleurs solos, je vous le dit. Et puis, pour tous les autres aussi. Pour nous tous en fait. Ils nous bouffent du temps, de l’énergie, de l’optimisme … heureusement ils sont aussi une porte incroyable ouverte vers l’extérieur, une source de connaissance et d’enrichissement personnel et professionnel.

Après des années à surfer sans contraintes, j’arrive à une étape charnière dans la gestion de mes réseaux sociaux, dans ceux de mes clients et de fait, dans la maitrise de mon temps de travail disponible.

Moins mais mieux. 

Comment ?

  • Apprendre à me déconnecter, notamment lorsque je dois me concentrer sur mes missions pro.
  • Produire du contenu oui, mais privilégier la qualité à la quantité. Et surtout produire pour les supports dont j’ai la maitrise et ne pas laisser mon travail aux mains des algorithmes de FB et d’IG (cela vaut pour mes clients également à qui je donne les mêmes conseils). Nous y reviendrons dans un prochain billet de blog.
  • Réapprendre à me concentrer pour être plus efficace et maitre de mon temps
  • Hiérarchiser mes activités entre celles qui me rapportent de l’argent, celles qui me rapportent du plaisir, celles que je fais par “devoir” ou par habitude …
  • Parfois même renoncer : moins de voyage, moins de déplacements, moins de salons même pro. pour plus de temps soit pour bosser, soit pour profiter de ma famille et me libérer du temps libre.
  • Plus d’actions pertinentes : je viens d’adhérer à La Mêlée Montpellier pour participer à la commission e-tourisme ce qui va me permettre de nourrir mon intérêt pour le tourisme, de continuer à développer mon expertise en la matière et de nouer des connaissances locales, intéressantes pour mon activité professionnelle.

Les conséquences de ces actions ne se sont pas faites attendre

Cela fait quatre mois que j’ai changé mes façons de faire et déjà, je vois du changement : de nouveaux clients signés – merci à Peugeot de m’avoir renouvelé sa confiance – d’autres en passe de se débloquer, de nouvelles perspectives qui se dessinent, une énergie et une motivation retrouvée …

Pour 2019, je ne lâche rien et continue sur cette lancée. J’ai en main toutes les cartes pour faire de mon activité professionnelle une activité pérenne. Ce n’est pas facile, mais c’est un sacré challenge.
Est-ce que pour autant, je ferme la porte à d’autres opportunités ?
Que nenni, le propre de l’entrepreneur étant de rester à l’écoute de toutes les opportunités, même de celles qui paraissaient improbables 6 mois auparavant 🙂

Voilà pour ce bilan en toute sincérité, en toute franchise qui me permet de mettre noir sur blanc mes réussites et mes échecs et de partager mon parcours avec vous. Parfait pour repartir du bon pied.

Et n’hésitez pas à partager vous aussi votre bilan annuel ou à participer en commentaire. Entrepreneurs.ses, comment s’est passée votre année 2018 ?

 

 

Partagez ce contenu !
Tags: No tags

10 Responses

Leave a Comment